Un petit bout de moi en mots

"On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans." Albert Camus

 
  • Accueil
  • > Roman des étudiants 2014

Jacques A. Bertrand, Comment j’ai mangé mon estomac

 

 

Jacques A. Bertrand, Comment j'ai mangé mon estomac dans Roman des étudiants 2014

Résumé :

Sous la forme d’un récit poétique et léger, Jacques A. Bertrand retrace la chronique facétieuse de sa maladie. Avec un étonnant mélange d’humour, de flegme et de sagesse, il dépeint tous les aspects de son expérience – des plus absurdes aux plus douloureux – et atteint sans conteste le sommet de son art.

Ce bon vieux docteur Knock l’avait bien dit : « La santé est un état précaire qui ne présage rien de bon. » Pourtant, avant qu’Anatole Berthaud (double de Jacques A. Bertrand, bien connu de ses aficionados) n’apprenne qu’une tumeur s’est logée à l’entrée de son estomac, jamais il ne s’était préoccupé outre mesure de cette région de son abdomen. Par malchance, au même moment, sa compagne se découvre une tumeur au sein. Plus tard, atteinte d’un accès de mélancolie aiguë, elle se retrouvera dans un service de réanimation (coma profond). D’aucuns trouveraient la situation désespérante. De fait, elle l’est, et pourtant c’est avec une irréductible insouciance, et un sens de l’humour libéré de toute complainte, que le narrateur décrit l’univers inhospitalier de l’ « hôpital » ; le peu d’empathie du personnel soignant ; la dignité qu’on abandonne en remettant son corps à la médecine ; l’attente interminable qui devient le lot quotidien du « patient » ; le deuil de sa liberté lorsqu’on est astreint à résidence dans une chambre vétuste rappelant davantage une cellule.

Affronter avec humour et philosophie une des circonstances les plus graves de l’existence, telle est la réussite de ce récit enthousiasmant. Avec une pudeur à la hauteur de sa légendaire élégance physique et morale, Jacques A. Bertrand a manifestement le souci de ne pas faire peser sur le lecteur ses grandes et petites misères. Il instaure avec lui une complicité immédiate. Poète ingénu évoluant dans le monde froid et rationnel de la médecine, son « héros» (digne de la situation) prend le contrepied du lamento et nous régale de ses reparties loufoques qui surprennent son entourage.

Car Jacques A. Bertrand l’a bien compris, la maladie est une métaphore et, à ce titre, un pur objet littéraire. Tout symptôme est d’abord une expression de soi, comme l’est la littérature. Si le narrateur de ce récit déclare avoir mangé son estomac, nul doute alors que Proust avait délibérément aspiré ses bronches, et Montaigne calcifié ses reins. Mais la souffrance physique est rarement un sujet de plaisanterie et peu d’auteurs sont parvenus, comme Jacques A. Bertrand, à mettre à distance leur calvaire. Chez lui, la seule voie possible consiste à s’en remettre encore et toujours à l’écriture, et au plaisir de faire de bons mots, à défaut de bon maux. Avec l’insolence de s’amuser de tout et même de sa maladie, il conserve cet esprit insoumis et espiègle si nécessaire à la traversée des grandes turbulences. Et comme il le répète sans cesse : « Il restera toujours les dîners au clair de lune, les soirs de fin d’été. »

Ma critique : A venir

 

Nombres de pages : 112

Paru le 9 Janvier 2014 aux Editions Juillard

 

 

 

 

 

Dans : Roman des étudiants 2014
Par unpetitboutdemoienmots
Le 9 mars 2014
A 16 h 36 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Roman des étudiants 2014

Philippe Vasset, La conjuration

Philippe Vasset, La conjuration dans Roman des étudiants 2014 conjuration

Résumé quatrième de couverture :

J’ai créé une secte. C’était, au départ, une entreprise purement commerciale. Jusqu’à ce que j’y prenne goût: fonder une religion est la dernière oeuvre possible.

Ma critique : A venir

 

Nombres de pages : 230

Paru le 28 août 2013 aux Editions Fayard

Dans : Roman des étudiants 2014
Par unpetitboutdemoienmots
Le
A 16 h 27 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Roman des étudiants 2014

Alexandre Postel, Un homme effacé, Gallimard

 

 

Un homme effacé, Alexandre Postel

Résumé quatrième de couverture :

Damien North est professeur de philosophie dans une université cossue. Veuf, il mène une vie triste et solitaire. Mais un jour, il est embarqué par la police qui l’accuse d’avoir téléchargé sur son ordinateur des images provenant d’un réseau pédophile… L’affaire fait grand bruit, d’autant que Damien est le petit-fils d’Axel North, figure politique historique. L’inculpé a beau se savoir innocent, chacun se souvient d’un geste, d’une parole qui, interprétés à la lumière de la terrible accusation, deviennent autant de preuves à charge. Même une banale photo de sa nièce, unique enfant de son entourage, ouvre un gouffre d’horribles suppositions. Le terrible engrenage commence tout juste à se mettre en marche. Alexandre Postel décrit avec acuité la farce des conventions sociales, les masques affables sous lesquels se cachent le pouvoir, la jalousie ou le désir de nuire – et les dérives inquiétantes d’une société fascinée par les images.

 

Ma critique :

Damien North, professeur de philosophie, veuf depuis plusieurs années, mène une vie de solitaire paisible, monotone. Timide et en marge il ne cherche rien si ce n’est qu’on le laisse vivre. Jusqu’au jour où la police débarque chez lui et l’accuse d’avoir téléchargé des images provenant de réseaux pédophiles. Il est l’accusé idéal. Personne ne le connaît assez pour parler de lui, tout le monde le trouve assez étrange pour avoir commis ce dont on l’accuse. Sa personnalité sera pour lui son pire fardeau. Pourtant il est innocent, il le sait. Les questions se succèdent. Suis-je innocent ? Ai-je pu faire ce dont on m’accuse ?  La colère et la révolte font place au doute. A chaque instant de sa douloureuse expérience nous éprouvons ce qu’il ressent. On croit en son innocence, on veut la défendre avec colère et rage avant de sombrer dans l’abime du « peut-être ». Peut-être n’est-il pas innocent, peut-être nous ment-il. La duperie devient réelle, chaque élément qui l’accable est grossier mais suffisant pour faire trembler le fragile équilibre de son intégrité. Bourreau ou victime ? On perdrait nous aussi la tête rien qu’en tentant de répondre à ses interrogations. L’auteur nous promène parmi tous ses sentiments les plus contradictoires. On hait les gens qui ont tout fait pour l’accabler, on se range un temps de leur côté pour revenir auprès de notre personnage. La première impression était la bonne mais l’auteur parvient à nous faire douter de notre propre capacité de jugement.

Nombres de page : 256

Paru le 10 Janvier 2013 aux Editions Gallimard

 

 

Dans : Roman des étudiants 2014
Par unpetitboutdemoienmots
Le 11 février 2014
A 12 h 54 min
Commentaires : 0
 
 
 

Manouch11poesies |
Envidelire |
Lettresinroses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gw2
| Les chroniques de Pauline
| Kattalin'plume