Un petit bout de moi en mots

"On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans." Albert Camus

 

Qu’est ce que la philosophie ?

17 juillet 2013, 00h08 :

Je vais vous dire ce qu’est la philosophie, je vais vous dire comment je la vois, comment je la ressens, comment je la perçois. Je vais vous dire ce qu’elle est pour moi, ce qu’elle représente. La philosophie, au delà d’être cet universel que l’on cherche, cette vérité que l’on tend à approcher, cette recherche du bonheur, c’est … c’est tout un monde mais sans barrière, sans frontière. La philosophie n’est ni substance ni territoire, la philosophie c’est tout. C’est dans nos réveils difficiles, c’est dans nos pénibles journées, c’est dans le sourire d’inconnus aimables, c’est dans ces livres qui nous attendent sagement dans les bibliothèques, c’est dans ces lieux dont l’histoire transpire sur leurs murs. C’est toute notre vie et ou du moins toute la mienne. La philosophie ce n’est pas seulement un professeur, des élèves et une salle de classe, ce n’est pas seulement un homme à moitié fou qui délire dans un langage incompréhensible, le regard comme fou. Ce n’est pas répondre à toutes les questions d’un air condescendant et satisfait, ce n’est pas avoir toujours raison, ce n’est pas passé sa vie à rédiger des thèses et des livres longs et ennuyeux. Ce n’est pas finir au fond d’un carton à insulter les passants, ce n’est pas être un parasite bavard qui s’accroche à la société comme une tique avide de sang, ce n’est pas une volonté constante de tout remettre en cause, de tout contester quitte à passer pour un anarchiste. Ce n’est pas être anarchiste. La philosophie c’est une autre façon de voir le monde, c’est s’ouvrir à lui avec plus de force et d’énergie qu’on ne l’a jamais osé. C’est parlé avec le monde, dialogué avec lui, apprendre de lui. La philosophie ça se vit, ça vit. C’est en nous, ça fait parti de nous comme l’air que l’on respire, comme les battements de notre cœur. La philosophie c’est ouvrir de grands yeux étonnés sur le monde, sur ce qu’on découvre, sur ce qu’on apprend. C’est être possédé par la passion de savoir, d’aimer le savoir. Plus on en sait et moins on a l’impression d’en savoir mais qu’importe on n’est jamais déçu, on veut aller plus loin, être plus près encore de la philosophie. On voudrait la toucher si elle était sensible, on voudrait lui parler si elle était physiquement humaine, on l’aime. On l’aime avec cette même passion que l’on aime l’aimé et plus encore peut-être. On goûte chaque jour au bonheur qu’elle nous donne lorsqu’alors tout semble ne pas aller. Elle surgit au détour d’un mot, d’une phrase, d’une idée et nous fait oublier nos désillusions. Elle nous déconnecte du monde et pourtant on y est encore plus lié que si l’on se contentait de le regarder comme on le fait naturellement. La philosophie nous permet le doute, nous interroge, nous remet en question mais elle nous console aussi, elle nous surprend, nous étonne, nous émerveille chaque jour plus encore que la veille. La philosophie c’est être nous-même, c’est faire transpirer par tous nos pores, à travers notre peau ce que nous sommes. La philosophie c’est quand ces professeurs nous font cours avec ce sourire de bonheur irréductible, avec ces regards flamboyants de passion démente et qui nous tiennent en haleine, comme dans un livre de fiction, où tout peut arriver, à n’importe quel moment lorsque soudain la philosophie nous prend et on voyage, on voyage dans le temps, dans l’espace, dans notre esprit, dans le monde sans faire un mouvement. On touche à l’intouchable, on ressent l’insensible, on voit l’invisible. La philosophie c’est ce manque qui nous comble, ce désir qui ne nous fait pas souffrir, ce plaisir indescriptible que nulle autre chose au monde n’est capable de procurer. La philosophie c’est la plus unique des choses qui touche à tout, qui traverse tous les mondes, tous les temps et qui jamais au grand jamais ne nous déçoit. La philosophie ça me rend le sourire, ça me remplit quand je me sens vide, vide de sens, vide d’idées, de pensées, vide de joie. La philosophie me fait me sentir à ma place. La philosophie c’est un morceau de moi ou peut-être suis-je un morceau d’elle, je ne sais pas. Qu’importe au fond, j’aime la philosophie plus que je ne saurai jamais aimé quelqu’un de la sorte. Chaque jour elle change ma vie, mon monde, mon regard sur les choses. Chaque jour elle m’apporte plus que ce que quelques uns m’ont apporté en plusieurs années. Et quand bien même il me semble que rien ne me sourit, la philosophie, à travers le titre d’un de mes livres prônant fièrement dans ma bibliothèque, me rappelle qu’elle est là et le sera toujours. Oui je peux le dire, j’ai fais une rencontre qui a bouleversé ma vie quand j’ai rencontré la philosophie. Elle est plus qu’une discipline à mes yeux, elle est l’amie qu’il manquait à ma vie.
Moi-en-mots
Dans : Mes textes
Par unpetitboutdemoienmots
Le 3 janvier 2014
A 23 h 18 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Manouch11poesies |
Envidelire |
Lettresinroses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gw2
| Les chroniques de Pauline
| Kattalin'plume